Sélectionner une page

Communiqué de presse de Frédéric Boccaletti, Président du Groupe Rassemblement National de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Délégué Départemental du RN Var

Renaud Muselier a fait savoir qu’il retirait à Arlette Fructus sa délégation et ses responsabilités au sein de l’exécutif régional. Elle aura désormais plus de temps pour s’occuper de ses autres fonctions : adjointe au maire de Marseille en charge du logement ; Présidente de l’office HLM Marseille Habitat, qui possédait l’un des deux immeubles effondrés rue d’Aubagne (le 63) ; Vice-présidente de la Métropole d’Aix Marseille ; Présidente de l’UDI dans le département ; Vice-présidente du Parti Radical.

Quelles que soient les conclusions de l’enquête sur l’effondrement tragique de ces immeubles n’y a-t-il pas aussi la question de ces élus qui, à force de rechercher les postes et nominations, en oublient de remplir correctement les charges liées à ces fonctions ? Ce qui apparait difficile quand on cumule plus de fonctions qu’un décathlon ne compte d’épreuves.

Dans cette tragédie, il est indécent que des élus qui ont vanté les mérites de la « Métropolisation », de la prise de compétence toujours plus grande des collectivités locales, de l’autonomie financière des communes, viennent aujourd’hui pointer la responsabilité de l’État qui ne donne pas assez.

C’est avant tout la gestion pitoyable de la ville de Marseille, à laquelle a participé Mme. Fructus, qui est l’une des premières causes du drame de la rue d’Aubagne..