Sélectionner une page

Tribune du Docteur Muriel Fiol, Vice présidente du Groupe Rassemblement National Provence-Alpes-Côte d’Azur

Une nouvelle étude, parmi tant d’autres, concerne ces quartiers dits prioritaires sur lesquels les gouvernements déversent largement l’argent public depuis des années ;

Notre argent, le vôtre, celui de vos impôts.

Elle émane de l’observatoire national de la politique de la ville qui scrute à la loupe le bien-être des habitants de ces quartiers, choyés, et en majorité hypercommunautarisés.

On apprend ainsi que sur plus de 1500 quartiers QPV, 40 seulement, dirais-je, seraient « sous-dotés « en équipements sportifs structurants accessibles.

On parle là entre autres, de salles multisports, salles de combats, terrains de grands jeux, cours de tennis, équipements d’athlétisme et piscines.

Et on apprend avec étonnement que le qualificatif de sous-doté serait dû, non pas au manque d’équipements, mais à la nécessité de faire plus de 15 minutes de marche pour y accéder !

Combien de nos compatriotes habitant des villes moyennes, des petites villes, des bourgs et des villages n’ont pas, et n’auront jamais accès à tous ces équipements sportifs, à ces piscines, ces terrains de tennis ou d’athlétisme, combien en ont déjà rêvé ?

Alors que 99% de la population métropolitaine en est pourvue, les habitants de ces QPV ont accès en moyenne à plus de 15 équipements sportifs. C’est énorme.

On réalise alors à quel point les inégalités se sont creusées dans ce domaine, comme dans tant d’autres.

Ces profondes injustices territoriales, assorties de fractures sociales, économiques et identitaires, seront parmi les futurs défis majeurs à relever. Ils sont des enjeux importants de cette élection européenne qui approche, et qui peut nous donner le choix d’un vrai changement de politique.

Car, n’en doutons pas, si nous remportons cette bataille, elle sera décisive !