Sélectionner une page

Communiqué de David Rachline, Maire de Fréjus

Par deux arrêts de ce jeudi 4 avril, la Cour Administrative d’Appel de Marseille a rejeté les requêtes du Préfet du Var, d’une part, et du Comité de défense des intérêts de Fréjus Plage et autres requérants, d’autre part, contre la délibération de la Ville approuvant la modification du PLU de la Base Nature, permettant la réalisation de nouveaux projets sur sa partie bâtie, et a condamné les requérants aux dépens.

Ces jugements confirment celui du Tribunal Administratif de Toulon qui s’était déjà prononcé en ce sens, et donc le fait que la procédure suivie par la Ville en la matière est tout à fait légale.

Les jugements rappellent plusieurs éléments que j’ai eu l’occasion d’exposer à maintes reprises, mais que les quelques opposants de principe au projet faisaient jusqu’ici mine de ne pas entendre, notamment que la modification « porte seulement sur zone déjà urbanisée du site et ne concerne pas la zone naturelle » et que « cette modification a pour objectif de permettre la démolition des bâtiments existants qui sont vétustes, pour construire de nouveaux équipements modernes, ouverts au public et d’intérêt général, dont la destination sera liée à la position privilégiée du site à proximité de la mer ».
N’en déplaise à certains, le projet porté par la Ville est tout à fait conforme au droit et à la destination du site.

Ces jugements font suite à un tout récent avis favorable du commissaire-enquêteur à l’issue de l’enquête publique concernant le déclassement anticipé de certaines emprises à usage de voirie, en vue du réaménagement de cette partie bâtie. Une enquête où l’on a pu constater que la plupart des critiques émises n’ont fait que reprendre un docu

ment type diffusé par les mêmes opposants qui se sont vus débouter par la justice.
Je me réjouis de ces jugements et de cet avis favorable, qui confirment la pleine validité de la démarche menée par la Ville, pour des projets qui vont dans le sens de l’intérêt de Fréjus et des Fréjusiens.

Pour autant, des Fréjusiens de bonne foi ont pu émettre certaines inquiétudes, voire se laisser abuser par des arguments fallacieux d’opposants souvent politisés. Il va de soi que je prendrai le temps nécessaire pour répondre à ces inquiétudes et continuer à présenter l’intérêt, pour notre commune, de ces projets, qui ne doivent pas être l’otage de petits calculs politiciens de quelques-uns.