Sélectionner une page

Communiqué de presse de Frédéric Boccaletti, Président du groupe Rassemblement National au Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Conseiller municipal de Six-Fours

La tête de liste de la France Insoumise aux élections européennes, Manon Aubry, s’est permise d’insulter les Varois, déclarant dans la presse qu’elle avait « grandi dans le Var à « facholand ». Marc Vuillemot, le maire communiste de La-Seyne-sur-Mer, a fait ce week-end un parallèle absolument ignoble entre les mouvements nationaux, comme le Rassemblement National et ses alliés européens, et les idéologies fascistes de la 2e Guerre Mondiale.

On voit que ces deux personnalités en sont réduites à manier l’injure pour tenter d’exister, sans doute en raison de l’état moribond de leurs mouvements politiques respectifs. La France Insoumise se débat péniblement, entre l’autoritarisme d’un Jean-Luc Mélenchon et le communautarisme indigéniste d’une Danièle Obono. Quant à Marc Vuillemot, sa gestion désastreuse de La-Seyne-sur-Mer a ruiné la ville et a livré des quartiers entiers à la racaille et aux trafiquants de drogue.

Mais les Varois, notamment les 49,15% d’entre eux qui ont voté Marine Le Pen aux élections présidentielles, n’ont pas à se faire insulter par ces personnes. Le débat public mérite mieux que des injures et des parallèles nauséabonds. Manon Aubry et Marc Vuillemot doivent donc s’excuser auprès des Varois pour leurs propos.