Sélectionner une page

Communiqué de presse de David Rachline, Maire de Fréjus

Devant la surenchère et les chiffres mensongers colportés par une partie de l’opposition municipale concernant la protection fonctionnelle des élus, et rapportés par Var Matin dans son édition de ce mardi 22 octobre, j’ai souhaité rétablir quelques vérités.

Tout d’abord, n’en déplaise à certains, cette protection fonctionnelle est de droit. La loi dispose ainsi que « la commune est tenue de protéger le Maire ou les élus municipaux le suppléant ou ayant reçu délégation contre les violences, menaces ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion ou du fait de leurs fonctions ». Les choses sont donc claires.

Par ailleurs, la protection fonctionnelle a été utilisée 11 fois pour les élus du conseil municipal depuis 2014. Soit moins de deux fois par an en moyenne pour l’ensemble des élus ! Quant au montant des frais d’avocat à ce titre pour les six années passées, ils ont représenté très exactement un total de 42 573 €. Bien loin, donc, des chiffres fantaisistes agités par certains. Et bien loin des quelque 144 000 € que la Ville a en revanche dû récemment débourser du fait de deux contentieux liés à des erreurs commises par l’ancienne majorité en matière de gestion des ressources humaines !

Je constate que certains opposants ont visiblement décidé de s’inspirer du célèbre « je n’ai rien à dire mais je veux qu’on le sache » de Raymond Devos. Mais lui, au moins, avait du talent.