Sélectionner une page

 

Communiqué de presse de Fabrice Curti, délégué de la 5ème circonscription

On peut observer depuis quelques jours un phénomène particulièrement pathétique dans le landerneau politique local.
A Fréjus et Puget sur Argens les « familles républicaines », comme aime les nommer Catherine Blanc, suppléante du député de la circonscription, s’unissent autour d’une candidature unique, méprisant le peu d’électeurs convaincus qu’il leur restait.

Ainsi LAREM, LR, UDI, MODEM, et EELV soutiennent à Fréjus Laurence Fradj, escargot de la politique qui, comme le gastéropode sort à chaque averse, s’affiche à chaque nouvelle élection.
A Puget sur Argens ces mêmes personnes qui hier se tiraient dessus à boulets rouges se retrouvent autour du candidat Morféa.
Quelle belle aubaine: voilà un agriculteur qui brandit l’étendard du défenseur des campagnes en s’acoquinant avec le parti du Président Macron, qui a reconduit l’usage du glyphosate et voté pour le CETA qui ruine nos agriculteurs.

Quelle honteuse compromission pour LR, ou ce qu’il en reste, qui se met à plat ventre, véritable paillasson sur lequel s’essuie LREM. Sans parler de Saint-Raphaël où, entre ce que dit la déléguée LR de la circonscription, ce que dit le Sénateur LR Ginesta qui dresse les éloges de la candidate LREM, et le candidat ex-LR Cordina qui s’acoquine avec les socialistes, bien malin qui pourrait retrouver ses petits !

Et tous ces sinistres individus s’élèvent en donneurs de leçons systématiques.

Mais quelles sont donc leurs convictions, leur vision? Ce sont les représentants locaux EELV qui en parlent le mieux: « c’est une question de mathématiques ». Comprendre : ce qui compte, c’est de se répartir les sièges, sous couvert de la vieille antienne « faire barrage au Rassemblement National ». Tout en prenant au passage les électeurs pour des moutons imbéciles. Mais l’avenir proche montrera qu’ils ne le sont pas, et ne sont pas dupes de ces petits arrangements entre ennemis, dont les conséquences seraient catastrophiques pour la gestion future de nos communes.